Trigger Twins

Wheels and Waves : pourquoi il pleut à Biarritz (et pourquoi il faut arrêter de s’en plaindre)

Chaque année, depuis le lancement des Wheels and Waves, sur la côte basque, c’est le même refrain : il pleut à Biarritz. Mais ceux qui s’en plaignent, voire qui s’en étonnent, n’ont malheureusement pas inventé l’eau chaude.

(c) Thierry Dricot Photographie

(c) Thierry Dricot Photographie – « Mais oui t’es belle… »

Rain is coming

Le Wheels and Waves, seconde édition, c’est parti ! Du 8 au 12 juin, la cité de l’Océan à Biarritz va résonner au doux rythme des moteurs. Durant ces quatre jours, la ville du surf en France sera davantage remplie de hipsters barbus à casquette, assis de manière nonchalante leur bécane, le regard mystérieux, prêt à sortir le grand jeu pour LA photo de leur vie, que de surfeurs blonds aux cheveux longs. Cliché, quand tu nous tiens…

Au Wheels and Waves, on y trouvera donc des motos, beaucoup de motos, de nombreux préparateurs, du moins les plus bankables, venus présenter leurs nouvelles machines, qui espérons-le, sortiront de l’ordinaire, et apporteront un nouveau souffle de créativité qui fait tant de bien à ce milieu. Mais au milieu de ce joyeux bazar, une invitée se fera, une fois encore, remarquer, il s’agit bien sûr de la pluie.

Car oui, prenant à contre-pied les dizaines, les centaines de groupies qui sont en train de rallier, tant bien que mal, la côte basque, que ce soit à moto pour les plus courageux, en train ou en avion pour les tapettes, voire en licorne arc-en-ciel à plus de 10K euros pour les plus riches (Ju, celle-ci est pour toi), il va pleuvoir à Biarritz. Bon, aujourd’hui il fait beau sur la cité de l’Océan, ce qui doit bien arranger les organisateurs pour mettre en place les derniers préparatifs. Mais ne vous y trompez pas ! Ca va dracher sévère, durant ces cinq jours !

(c) Pixabay

(c) Pixabay – Glou glou gou…

 

L’inondation de la dernière fois ne t’a pas suffi ?

D’ailleurs, ce n’est pas moi qui le dis, c’est Météo France. Car Biarritz, outre ses vagues et sa pelote basque, est également connue pour son niveau de pluviométrie. Et de fait, il tombe là-bas (1480mm) plus d’eau durant une année qu’à Brest (1100mm), sur l’extrême pointe du Finistère. J’avoue que le Breton que je suis se marre doucement. Surtout en imaginant les premiers perdreaux de l’année, qui ne sortent leur moto que quand il fait beau, se prendre une rincée.

D’ailleurs pour les esprits les plus simples, voici quelques explications qui devraient définitivement imprimer l’information dans leur cerveau : située du côté nord de la chaîne des Pyrénées, Biarritz est également très proche de l’océan Atlantique. Or la chaîne de montagne fait office de barrage pour les précipitations qui arrivent par la mer, ce qui explique pourquoi il pleut autant de ce côté-ci des montagnes, plutôt que du côté espagnol, où ce sont plutôt les grosses chaleurs qui prédominent.

Vous voilà désormais prévenus ! Inutile de venir pleurer sur Facebook ou sur Instagram, nous serons sans pitié envers vos gémissements ! Et puis dans le pire des cas, un bon ciré jaune, et puis le tour sera joué. Ce qui devrait également très bien rendre sur vos selfies ! A ce sujet, quelques conseils, réalisés par nos amis de « We are looking for Unicorns », pour être le plus « in » possible, si vous n’avez pas la chance de rouler sur une machine valant plus de 10K €, ou ce qu’il faut dans le moteur pour participer à la Punks Peak…

(c) We are looking ofr Unicorns

(c) We are looking ofr Unicorns – Une licorne à 10K € s’il vous plaît…

 

Lire également : 

Le Wheels and Waves 2015 en vidéo

Wheels and Waves : un parfum de ride west coast au Pays basque

Like this Article? Share it!

About The Author

Leave A Response